CSGRUGBY


2018-2019
News
Interwiew Mickael CHEMIN

Interwiew Mickael CHEMIN

Publié le 25 mars 2019 par

Interwiew Mickael CHEMIN Les chances des joueurs du CS Gravenchon ne seront pas grandes face à l’ogre Sarcelles. Les banlieusards parisiens, avec dix-sept succès, un nul et une défaite seulement, figurent en tête du championnat et filent vers les play-offs, et probablement vers le titre de champion de Fédérale 3. Dès lors, Mickaël Chemin et les Gravenchonnais ne se font pas vraiment d’illusion. Ils savent très bien que ramener des points de Sarcelles relève d’une mission impossible. « Sarcelles ? Nous y allons pour faire un coup, rigole Chemin. Non, plus sérieusement, c’est le type de match où il faut essayer de prendre du plaisir face à un adversaire supérieur. C’est surtout une expérience en plus pour les jeunes. Et il est important de ne pas prendre de cartons qui pourraient nous pénaliseraient pour la suite, ni de se blesser. » Si les protégés d’Éric Dorbeaux veulent y croire, rien qu’un peu, il leur faudra être avant tout rigoureux dans les phases défenses. « On va subir les vagues pendant 80 minutes, prévient le deuxième ligne du CSG. On devra être agressifs sinon, ça va finir par s’ouvrir. Du match aller (19-95, 9e j.), je me souviens qu’ils avaient mis des titulaires au repos, mais même sans eux, ce n’est pas le même niveau. C’est une équipe de niveau Fédérale 2, qui fait tout plus vite. » « Le maintien, ce n’est pas là qu’il se joue » Face à des adversaires d’un tel calibre, la peur de la blessure, du mauvais coup subi, existe-t-elle ? « Non, répond Chemin, car il y a moins d’affrontements directs. Ils cherchent toujours à prendre les intervalles, à donner le ballon avant, à faire la passe avec un temps d’avance. Je trouve qu’ils jouent comme une formation de rugby à sept. Nous n’avons pas de pression sur ce match. Le maintien, ce n’est pas là qu’il se joue, mais lors des prochaines semaines. Nous avons perdu face à des adversaires directs (Soissons, Roubaix), alors il faudra vaincre face à Couronne chez nous. Cela va être une bataille de Normandie. » Une fois cette opposition face au leader passée, il restera trois rencontres pour le CSG dans sa conquête du maintien, autant de rencontres plus abordables pour les partenaires de Mickaël Chemin avec, dans l’ordre, le XV Couronnais et le Stade Caennais au Stade des Cités, avant un dernier déplacement à Roubaix. Là, il n’y aura rien d’impossible...

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.