CSGRUGBY


2018-2019
News
Interwiew Thomas DAVID
< | >

Interwiew Thomas DAVID

Publié le 08 avril 2019 par

Interwiew Thomas DAVID

La défaite face au XV Couronnais a fait mal, très mal même, puisque maintenant, il faudrait un miracle pour que Gravenchon parvienne à se maintenir à ce niveau. D’ailleurs, le capitaine du CSG, Thomas David, ne s’en cache pas. « Il va falloir jouer les deux matches à fond, les prendre les uns après les autres. Prendre du plaisir, profiter à fond et nous verrons... » Car, les Gravenchonnais n’ont absolument plus leur destin en main, car, non seulement il faudra s’imposer face à Caen, puis aller chercher une victoire à Roubaix, le tout en regardant les résultats de Soisson. Autant le dire, si la cabane n’est pas tombée sur le chien, nous n’en sommes pas loin. Alors, Thomas David revient sur ce qu’il a manqué à son équipe pour parvenir à se mettre à l’abri avant. « Face à Couronne, il nous a manqué de la justesse dans la dernière passe, et de l’agressivité en défense. Nous sommes trop tendres, nous tombons sur des équipes expérimentées et pour nous c’est nouveau. En face, bien souvent, c’est plus rapide, plus intense. Nous pouvons retenir que bien souvent nous avons été au niveau sur les premières périodes, et malheureusement, nous craquons après la pause car nous n’avons pas de profondeur de banc. » Toutefois, le capitaine veut retenir le positif. « Pour moi ce n’est que du plus, car malgré les défaites, nous avons appris et cela a resserré le groupe. Pendant deux ans, nous avions des bons résultats, et cette saison, malgré nos difficultés, l’équilibre de l’équipe est resté intact. Il n’y aura pas de regrets quoi qu’il advienne, nous ferons les calculs à la fin. » En ayant déjà un regard sur l’avenir et la saison prochaine. « Il ne faut pas avoir de départs, excepté ceux qui arrêtent, car tout le monde a appris à un niveau que les gars ne connaissaient pas. Il y a des gars qui stoppent et nous allons repartir sur des nouvelles bases, alors, il va falloir recruter pour soit continuer à ce niveau, ou bien rebondir dans la foulée, car il faut que le schéma qui s’était produit il y a quelques années ne se reproduise pas. » Alors justement, beaucoup de joueurs du CSG (Lesaux, Paris, Leblond, Auger, Bonaldi, Dorbeaux) vont vivre leurs derniers moments sur la pelouse du stade des Cités, et pour la plupart, ils n’ont connu qu’un seul club. Cette dernière à la maison tient donc tout particulièrement à cœur au capitaine. « C’est le dernier match pour beaucoup de gars dans leur stade. Ce sont des joueurs qui vont être durs à remplacer, mais il y a la jeunesse qui pousse derrière. »

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.